10 bonnes raisons de faire un crowdfunding pour amorcer ma startup

Vous avez une idée de génie.

Et cette étincelle s’est muée en un véritable projet. Elle est passée du rêve à la réalité, de la phase de concept à une réalisation quasi complète.

A ça près que votre produit n’a pas encore été confronté au grand public, qui ne l’a pas encore adopté. Vous vous demandez, une fois le prototype de votre produit presque terminé et votre projet bien élaboré, comment lancer votre startup et déclencher les premières ventes ?

La solution pour gagner en visibilité, vous faire une place sous le soleil et générer votre premier chiffre d’affaires pourrait bien être le crowdfunding.

Le financement participatif est un mécanisme qui permet de collecter de l’argent auprès de particuliers pour financer un projet sur une plateforme internet.

Vous proposez votre produit en prévente pendant une durée de campagne déterminée, avec un objectif de collecte à atteindre. Et vous séduisez les contributeurs pour qu’ils adhèrent à votre projet et vous fassent décoller vers de plus vastes horizons !

Mener de front une campagne de crowdfunding n’est pas de tout repos. En effet, cela nécessite un véritable investissement en temps et en travail, et une implication à 200% dans de nombreux domaines (stratégie, communication, production, data…).

” Développer ma startup m’occupe déjà bien assez”, nous diriez-vous. Alors autant optimiser au maximum cet investissement déjà intensif ! Ne passez pas à côté de ce fer de lance si riche en potentiel qu’est le crowdfunding.

Nous vous présentons 10 bonnes raisons (non exhaustives, elles sont nombreuses et se bousculent au portillon!) de lancer votre startup par le financement participatif pour passer à la vitesse supérieure.

Choisir de faire un crowdfunding

Une campagne de crowdfunding, en bref, c’est quoi ?

Vous êtes porteur de projet, vous voulez trouver les fonds nécessaires pour lancer votre produit ou service, et les financeurs ne vous font pas (encore) confiance.

Qu’à cela ne tienne, c’est aux consommateurs eux-mêmes que vous allez demander de croire en vous (et surtout en votre offre !).

Lors d’une campagne, vous allez proposer sur une plateforme de crowdfunding (il en existe plein) votre offre en prévente.

La campagne a une durée déterminée (qui se compte en jours, souvent entre trente et quarante-cinq) et un objectif de campagne défini à l’avance (en nombre de préventes ou somme d’argent).

Tous ces éléments, c’est vous qui les choisissez.

Grâce à une communication de qualité (préparée bien en amont et sur développée pendant la campagne), les clients vont venir sur votre page pour devenir contributeurs à votre projet. Ils peuvent acheter un prévente votre produit, ou en fonction de l’argent qu’il veut mettre, avoir telle ou telle contrepartie que vous proposez.

Un principe simple comme bonjour qui fait participer une communauté, mais demande un travail et une préparation colossale !

Comme toute démarche, elle a ses points forts et ses points faibles.

Amorcer sa communauté

Pour partir en crowdfunding, un des pré requis est d’avoir une communauté. Sans ce précieux entourage, il ne se passera rien.

Il existe deux cas de figure. Soit vous n’en avez pas, et il faut la travailler, soit vous en avez déjà une, et il faut la travailler elle aussi.

Si vous en avez déjà une, construite et structurée autour de contenus, d’un produit ou d’une autre marque, c’est une belle base.

Vous pouvez exploiter cette communauté et la faire toujours un peu plus grandir. Ce sont vos futurs premiers clients que vous tenez entre vos mains. Il est important de qualifier cette base, en divisant les prospects chauds, qui s’intéressent à votre produit, et les autres.

Contactez-les, touchez-les, présentez leur votre produit. Demandez des avis via des formulaires, sélectionnez des béta testeurs, activez ces leads et faites-les agir avec vous, donnez leur de l’importance.

Même si votre communauté existe, il ne faut jamais cesser de la faire croître et d’utiliser la puissance des réseaux sociaux.

Et, deuxième cas de figure, si votre communauté se résume à 2-3 fans parmi vos amis ou dans le cercle familial, il va falloir penser à l’enrichir. Comment ?

Préparez un plan stratégique.

Commencez par définir vos personas pour bien cibler votre communication. Définissez avec précision vos objectifs, selon la méthode SMART (Spécifique, Mesurable, Accessible, Réaliste, Temporel), et dressez un plan d’action.

Listez les canaux d’acquisition qui vous semblent pertinents selon votre cible. Chaque réseau a ses spécificités d’utilisateurs (âge, sexe, fréquentation…) et ne s’utilise pas de la même manière.

Il faut ensuite créer du contenu adapté et le mettre en valeur (en push sur Facebook, ou en pull via inbound par exemple)..

La phase de captation de leads est une étape très importante à privilégier. Vous construirez une base de leads de qualité en confrontant votre produit aux internautes et en affinant votre offre grâce au tracking.

Cette construction de communauté est indispensable, vous devez avoir une audience pour lancer un produit. Habituellement, sur un crowdfunding, le taux de conversion est d’environ 4%. D’où l’importance de préparer sa campagne avec sérieux en amont.

Outre le fait d’y trouver une base de leads qualifiée, une communauté a de nombreux avantages hors collecte. Elle participe au référencement, augmente le trafic web et la visibilité, donne une personnalité à la marque ou au produit.

Elle vous permet de mieux connaître votre public et y fait naître des défenseurs de votre projet. Elle travaille votre réputation, et vous permet, selon sa taille et son importance, d’être considéré comme un chef de file, une référence dans votre domaine.

Alors choyez votre communauté, faites-la grandir tous les jours, elle est votre sésame pour entamer une campagne de crowdfunding.

Amorcer son premier chiffre d’affaires

Vendre. Le mot d’ordre, le Graal. Si vous n’avez pas de client, vous ne vendez pas. Et si vous ne vendez pas, vous mourez. Logique. Et dommage, parce que votre produit méritait mieux.

Vous voulez rendre votre projet fiable et le transformer en entreprise ? Il vous faut alors obligatoirement des acheteurs, pas besoin de dessin pour expliquer le fonctionnement des ventes, les marge, la TVA…

Vous vous demandez comment vendre un produit qui n’existe pas encore mais dont seul le prototype est réalisé ? Grâce à la pré-vente.

Votre MVP (Minimum Viable Product) est au point ? C’est donc le moment. Montez votre offre, shootez vos prototypes, marketez votre marque, mettez en avant vos valeurs, et vous pouvez alors pré-vendre votre produit à votre clientèle.

Les plateformes de crowdfunding (Ulule, Kickstarter, et autres) vont devenir votre vitrine. Soignez-la, rendez-la attractive et séduisante. Rien de tel que la satisfaction de voir de  nouvelles personnes qui trouvent dans votre offre une solution à leur besoin.

Vous allez aussi commencer à encaisser de l’argent sur votre page de collecte. Les premiers chiffres tombent et les premiers produits trouvent acquéreurs : vous vendez.

Le crowdfunding est la charnière entre projet/idée et startup/entreprise. Choyez vos clients, ils sont votre avenir. Organisez avec soin votre comptabilité, votre logistique, vos finances. Prévoyez votre communication. Voyez loin, visez large, et devenez une société à part entière.

Votre chiffre d’affaires est votre moyen d’exister dans les années à venir. Analysez-le, stabilisez-le et accélérez-le.

Si vous n’avez pas encore les moyens de développer un site e-commerce, la plateforme de crowdfunding est pour vous une excellente opportunité pour structurer ces premières ventes et encaisser concrètement de l’argent.

Il faut savoir que toute l’intégralité de la collecte ne reviendra pas dans votre poche, la plateforme en prenant 8%. Mais ces plateformes de financement participatif présentent par ailleurs de nombreux avantages : facilité d’utilisation, back office user friendly, une communauté de backers sur chaque plateforme…

Cependant, c’est vous qui allez gérer le trafic de votre projet. Ne comptez pas sur la communauté de la plateforme, elle sera insuffisante à faire vivre votre projet.

Communiquer

Bien entendu, le “coup de com” est un atout majeur du crowdfunding.

Pour beaucoup, c’est d’ailleurs ce qui fait poids dans la balance au moment de choisir, ou non, de faire une campagne de crowdfunding. La dimension temporelle avec une durée déterminée du crowdfunding pousse à accélérer la communication sur la période de campagne.

Cependant, comme expliqué déjà plus haut, la communication autour du projet doit avoir débutée bien avant le lancement de la campagne.

La préparation commence par l’amorçage de votre communauté. Bien avant le lancement, imaginez vos personas en premier lieu. Vous devez savoir à qui vous allez vous adresser, et à quelle problématique votre offre répond.

Imaginez ensuite les canaux d’acquisition qui seront les vôtres pour atteindre votre audience.

Vous entrez ensuite dans la phase de captation de leads. Il faut alors bien préparer son plan d’action pour collecter les mails de vos futurs clients.

Listez tous les canaux d’acquisition (email, réseaux sociaux, relation presse, marketing d’influence, inbound, événements, etc) et les KPIs respectifs que vous avez utilisés et récoltés durant la phase de préparation.

En déployant et menant correctement cette phase de préparation, vous pouvez déjà mesurer l’efficacité des différents canaux. Créez du contenu adapté et de qualité qui, diffusé au bon endroit, au bon moment, auprès des bonnes personnes, sera un cou de boost dans votre visibilité.

Mettez en avant votre produit, votre innovation, vos valeurs, tout ce qui peut vous donner un avantage et vous fait répondre à une demande existante.

Pendant la campagne, utilisez l’effet d’urgence pour accentuer votre communication. La densité de contenu généré et la bonne gestion des canaux d’acquisition vous permettront d’augmenter fortement votre visibilité sur cette période.

Test and learn client grâce à la data

Apprenez à connaître vos clients : toutes les informations collectées vous seront d’une utilité majeure pour la suite.

Pendant votre phase de préparation, testez vos différents canaux d’acquisition et votre contenu.

Imaginez vos personas, et organisez vos messages et canaux en fonction. A qui voulez-vous communiquer, quand, et où ? Faites différentes campagnes, variez les supports comme les contenus et les visuels. Trackez, analysez et itérez, ne vous en privez pas.

C’est le moment de sonder les canaux pour faire émerger ceux qui seront vos canaux d’acquisition privilégiés. Où sont vos clients ? Utilisez l’A/B testing pour optimiser votre conversion. Créez différents scénarios, essayez tout ce que vous pouvez, même les campagnes qui vous semblent au préalable peu évidentes.

Ne prenez aucune décision au hasard. Appuyez-vous sur la data générée par vos différentes campagnes. De nombreux outils et logiciels sont à votre dispositions pour récupérer toutes les informations utiles.

Vous pourriez avoir des surprises, il y a des choses qui arrivent sans qu’on n’ait pu les imaginer. Restez ouvert, et trackez sur tous les fronts. Analysez le comportement de vos clients (visite, clic, temps passé sur les pages, zones chaudes, appareils…) pour adapter votre site à vos vrais visiteurs.

Organiser sa startup en interne

Se lancer en crowdfunding, c’est exploiter au maximum les ressources présentes en interne sur une période donnée.

Le temps vous est compté pour réussir à faire une belle campagne et lever un maximum de fonds, alors mieux vaut être bien organisé pour se donner le plus de chance possible.

Lors de la préparation comme pendant l’animation de la campagne, vous allez devoir être sur tous les fronts en même temps pour toujours rester dans cette dynamique de vente.

Alors au lieu de vous éparpiller pour gérer ce qui commence à vous dépasser, organisez-vous pour faire les bonnes actions au moment adéquat.

Si vous êtes seul, il n’y a qu’un seul mot d’ordre : priorisez.  Vous n’avez pas de temps à perdre sur des tâches qui ne vous rapportent pas.

La phase de préparation est importante et intense, car vos ressources humaines sont limitées, et vous ne comptez que sur vous-même pour avoir la tête à tout.

Anticipez au maximum ce qui devra être fait pendant la campagne, pour ne pas être pris au dépourvu et dépassé par le sablier. Comma ça, lorsque vous lancez votre collecte, vous n’avez plus qu’à dérouler le fil, et à vous adapter au besoin en fonction de ce qui se passe, ce qui vous laisse une marge de manœuvre  !

Si vous êtes déjà une équipe, répartissez bien les rôles de chacun. C’est primordial, car les choses vont s’accélérer, et il faudra que chaque poste soit réactif pour être efficace.

Pendant la campagne, tout le monde doit jouer le jeu, et non pas se cacher derrière un poste qui lui donne moins de responsabilité au moment de la collecte. Établissez un organigramme selon les besoins de votre campagne pour que les choses soient claires dès le début.

Une bonne organisation permet de bien gérer les moments de rush, et d’anticiper une entraide appropriée. C’est un bon test d’équipe, cela permet de structurer les rôles et de se préparer pour la suite.

Monter en compétences

En tant que porteur de projet, vous vous lancez sûrement en solo, ou bien en petite équipe de 2 ou 3 personnes. Dans ce cas de figure, le mot d’ordre est souvent “la débrouille”, faute de moyens.

Ce genre de posture est à double tranchant. Ça peut être une mauvaise chose, car on sous-estime souvent l’importance de certaines tâches, à vouloir tout faire soi-même. Certaines missions nécessitent un véritable savoir-faire pour être efficaces et optimales, comme par exemple la création d’un logo, ou la mise en place des facebook ads.

D’une autre côté, c’est un point positif, car c’est se mettre à bonne école. Il n’y a rien de mieux que d’apprendre sur le tas et d’agir concrètement avec un objectif en tête.

Avant tout, il faut prendre le temps de se former, agir en autodidacte du début à la fin pourrait vous jouer des tours. En ligne, aujourd’hui, il existe de nombreux tutos, articles et contenus gratuits pour se former sur un vaste champ de domaines.

N’improvisez pas (trop), pour éviter de faire des erreurs, et assurez vos bases. Renseignez-vous, parlez-en aux personnes qui vous entourent et dont l’expérience peut vous être utile, qui ont le même parcours que le vôtre… Prenez en considération tous les conseils adéquats à votre situation pour gagner en pertinence.

En prenant le temps de vous former, et en vous organisant correctement, vous allez rapidement pouvoir monter en compétence. Le savoir est à la portée de tous, il suffit de prendre le temps de se renseigner, de chercher et de lire.

Préparer une campagne de crowdfunding va vous jeter dans le grand bain. En tant que chef d’orchestre, c’est vous qui allez décider de sous-traiter, ou non.

Il faut savoir faire les bons choix, accepter de déléguer lorsque les tâches sont importantes, et nécessitent d’être faites de manière très professionnelle.

Priorisez, calculez et pensez à la valeur ajoutée de votre formation sur certaines tâches, qui peut vous être bénéfique pour la suite et le développement de votre projet (inbound marketing, développement commercial, leviers digitaux).

Et ne vous coupez pas les ailes en vous enfouissant sous une masse de travail que vous ne maîtrisez pas (encore) et allégez-vous des missions facilement ou nécessairement externalisables.

Valider sa POC

Le crowdfunding est bien plus qu’une simple collecte de fonds.

Réussir une campagne donne, en plus de la valeur d’un premier chiffre d’affaires, de la visibilité à votre projet. Et prouve également sa viabilité, sa légitimité auprès du public cible.

La campagne vous permettra d’avoir en main votre POC (Proof Of Concept) qui prouvera le bon positionnement et fonctionnement de votre produit.

Une preuve de concept ou POC est une réalisation à échelle réduite d’une certaine méthode ou idée pour démontrer sa faisabilité. Elle est habituellement considérée comme une étape importante sur la voie d’un prototype pleinement fonctionnel.

Et la preuve de marché que vous obtiendrez à l’issue de votre campagne, si l’objectif est atteint, justifiera quant à elle la justesse et la viabilité de votre produit qui a trouvé son marché et a été accueilli par une cible précise.

Lorsque vous établissez votre stratégie autour de votre projet, le crowdfunding doit y trouver une place importante, mais ce n’est pas un aboutissement. Il faut voir plus loin, parce que la campagne vous donnera un coup de boost sur un temps déterminé, c’est un tremplin qu’il faut savoir utiliser pour continuer de grandir et gagner en autonomie.

Le crowdfunding va vous demander beaucoup de ressources sur une durée donnée, et un certain investissement financier. Comme pour toute campagne de marketing, il faut faire passer un message et le mettre en valeur, et cela a un coût. La communication coûte.

Cependant, celle-ci va générer des ventes et vous pourrez aisément calculer un ROI court termiste. Gardez cependant en tête que la valeur de ce crowdfunding n’est pas dans sa rentabilité instantanée, mais plutôt dans les opportunité qu’elle va déclencher.

Il faut surtout penser à l’avenir, et au post campagne. Le crowdfunding peut vous ouvrir de belles portes dans un futur proche. En effet, votre réussite est une véritable preuve de marché qui vaut son pesant d’or. Quoi de mieux que de pré-vendre son prototype à son marché cible pour prouver la viabilité de son projet ? Vous avez une justification concrète et chiffrée du bien fondé de l’existence de votre projet.

Au-delà du simple fait de réussir votre collecte, vous devez structurer cette preuve de marché.

Vous devez être capable de démontrer votre connaissance client, et surtout votre maîtrise des canaux et coûts d’acquisition.

Montrez que ce n’est pas magique, mais que c’est un dynamisme qui a son explication et peut être reproduit, car basé sur une analyse solide.

Votre crédibilité sera accrue si, à ce stade, vous avez déjà cerné le fonctionnement de vos clients (wording, canaux, contenu, funnel, comportement…)

Bien entendu, si votre campagne n’est pas aboutie, le crowdfunding ne vous sera pas d’une grande aide. Mais cela ne signe pas pour autant la fin de votre histoire, il est toujours possible de rebondir en utilisant d’autres canaux (B2B, B2B2C…). Ou bien en prenant le temps de bien préparer une nouvelle campagne, sans retomber dans les erreurs de la première et ainsi apprendre de vos échecs.

Que ce soit pour obtenir un Business Angel ou une subvention, vous devez montrer que vous savez de quoi vous parlez, que vous maîtrisez votre projet et l’offre que vous leur faites.

Le crowdfunding n’est pas un coup de chance, c’est l’amorçage d’une grande entreprise !

Dans tous les cas, que ce soit pour vous ou vos financeurs, vous devez, dès la préparation de votre campagne, vous structurer et vous organiser en anticipant la suite. Cette preuve de marché est une véritable valeur ajoutée à votre projet.

Alors appliquez-vous et ne la laissez pas vous passer sous le nez.

Séduire les investisseurs

Le crowdfunding est une véritable opération de séduction.

C’est la première fois que votre marque voit vraiment le jour et vous dévoilez vos produits au public. Ne ratez pas votre première impression et mettez-en plein la vue !

Tout d’abord, votre marque doit vous être propre, avoir sa personnalité. Ne négligez pas cette image qu’elle porte et renvoie, elle vous crédibilise auprès de vos futurs clients, et vous valorise de manière générale. Travaillez votre logo, votre charte graphique, votre vidéo, vos visuels, créez une ambiance qui en jette et donne envie de vous connaître.

Au-delà de l’esthétique, vous devez aussi être particulièrement bien organisé d’un point de vue business. Vous allez passer du stade de projet à celui d’entreprise, prenez tout de suite les bonnes habitudes. Vous vous devez d’être crédible, et une mauvaise organisation peut vous nuire terriblement.

Surtout, maîtrisez votre opération. Vous devez savoir où vous allez, quels sont vos objectifs et vos attentes. L’efficacité de votre campagne en dépend.

Il est important de bien choisir et maîtriser les différentes parties prenantes de l’entreprise (fournisseurs, graphistes, distributeurs…). Vous devez savoir gérer les difficultés et contre temps, avoir des solutions de recours pour palier au mieux ces imprévus et assurer le bon fonctionnement de votre affaire.

Le crowdfunding, comme vous l’avez bien compris maintenant, vous offre votre preuve de marché. Si vous recherchez des financements à la suite de votre campagne, vous devez bien réussir cette étape. Business angels, banques, financements publics, tous ont besoin d’être rassurés sur la viabilité de votre projet pour garantir leur investissement.

Orientez votre crowdfunding autour de votre produit ou votre marque, ne perdez pas votre clientèle parmi une multitude d’offres secondaires, le résultat dévalorisera le bien fondé de votre produit même si la collecte est un succès. Par exemple, ne vendez pas de tote bags pour justifier l’appétence d’une paire de chaussures (et puis on a tous déjà une collection de tote bags dans nos placards…)

Pour vous assurer une meilleure crédibilité et un professionnalisme de qualité, soyez capable de justifier et expliquer votre campagne de financement participatif du début à la fin. Pourquoi vous l’avez fait, comment, et surtout grâce à quoi.

Montrez la recette de votre réussite, donnez les KPIs que vous avez récoltés. Séduisez vos futurs financeurs avec un projet organisé, et un crowdfunding mené à la baguette !

Verrouiller une production

The last but not the least !

Un des principaux avantages de la prévente : l’anticipation de la production. Le crowdfunding permet de mesurer en avance le succès de son produit, et donc les quantités de production.

Evidemment, vous visez des objectifs prédéfinis avant de commencer. Vous avez même peut-être des pré séries prêtes, et une idée des quantités de production que vous prévoyez.

Le plus important est d’avoir calculé et vérifié en amont le coût de revient, certes pas exact, mais au plus proche de la réalité, pour mettre en place un pricing adapté et construire autour votre business plan. C’est primordial pour la suite, afin d’avoir un modèle économique viable.

Vous ne devez pas attendre la fin de la campagne de crowdfunding pour lancer votre production. Vous devez garder un temps de livraison de votre produit acceptable, cela a un gros impact sur le performance de vos ventes.

Qui achèterait un produit s’il devait attendre 6 mois avant de l’avoir en main ? Même si le besoin se fait ressentir auprès du prospect, il repoussera à plus tard son acte d’achat qui n’aura pas de conséquence quasi immédiate.

Sauf en cas de force majeure, lancez donc le plus tôt possible votre production et respectez donc bien les délais que vous avez promis aux contributeurs, pour ne pas décevoir vos backers.

Dès la moitié de la campagne vous avez déjà une idée bien avancée de la réalité des chiffres par rapport à vos estimations, vous connaîtrez le niveau d’appétence réel pour votre produit.

Si le crowdfunding est votre seul canal de vente pour le moment, sans projection de site e-commerce ou distribution dans d’autres structures, limitez votre production pour ne pas avoir de surplus invendus.

Si, au contraire, vous vendez derrière, voyez plus large et basez-vous sur des estimations fondées sur la réussite finale de votre campagne.

Et si vous avez des contrats avec des distributeurs, inutile de vous dire de produire en fonction de cette demande !

Bref, le crowdfunding est un excellent indicateur de product market fit. La prévente vous évite au maximum de faire des erreurs dans votre production, en prévoyant trop ou pas assez. Les indicateurs sont assez concrets et précis pour vous lancer sans mauvaise surprise !

 

2020-01-03T16:19:53+00:00