Quelles sont les difficultés rencontrées pour se lancer dans la mode éthique ?

Malgré l’essor considérable de la mode éthique ces dernières années, et un public de plus en plus réceptif et impliqué dans la défense de valeurs éco-responsables, les consommateurs comme les porteurs de projet doivent faire face à plusieurs freins avant de se lancer complètement dans le domaine de la mode éthique.

Freins des consommateurs

Prix

Le premier frein qui revient sans surprise, c’est le prix, qui retient de nombreux consommateurs. Evidemment, le processus de production de pièces de mode éthique justifie un prix plus élevé que chez les concurrents de la fast-fashion ,avec des marges différentes. Un prix certes supérieur à la moyenne, mais juste, ce que comprend et accepte une grande part des consommateurs lorsque la marque l’explique par sa transparence.

Le plus important pour le client est de comprendre pour quoi et à qui revient cet argent lors de l’achat d’une pièce éco-responsable. Cependant, même si les valeurs d’éco-responsabilité sont partagées par les clients, les portefeuilles restent réticents à passer à l’acte d’achat, tous les budgets ne permettent pas de telles dépenses.

On peut tout de même noter que de plus en plus d’offres en milieu de gamme commencent à naître sur le marché de la mode éthique pour convenir à un plus large segment de clientèle.

Difficulté d’accès aux marques

Un autre frein important, qui tend à disparaître peu à peu, c’est le manque d’information et la difficulté à trouver des interfaces de vente pour ce genre de produit. Il y a plein de nouvelles marques qui se lancent depuis quelques années, mais cela reste difficile pour le consommateur de rentrer en contact avec elles sans en avoir entendu parler au préalable par quelqu’un, ou les suivre sur un réseau social.

Et puis, acheter c’est bien, mais voir, c’est mieux. De plus en plus de clients veulent essayer, toucher la matière des pièces, découvrir le vêtement qui les intéresse, et il existe très peu de boutiques ou pop-up stores qui proposent cette proximité aux consommateurs.

Cependant, il y a plusieurs plateformes qui se sont créées et qui recensent et proposent à la vente des produits venant de différentes marques en un seul site e-commerce. Une aubaine pour les internautes qui veulent faciliter et centraliser leurs achats.

C’est dans ce but qu’en mars 2018 WeDressFair a créé, suite à une campagne de crowdfunding, sa plateforme de mode éthique qui propose à la vente des produits de marques transparentes et responsables. En un an, la select store a doublé le nombre de marques dont elle commercialise les vêtements, pour diversifier les styles.

Et pour ne pas tabler seulement sur le e-commerce mais aussi rencontrer le consommateur et lui offrir une expérience d’achat agréable, elle a même ouvert une boutique à Lyon. Un concept grandissant qui permet aux consommateurs de trouver plus facilement ce qu’ils recherchent sans avoir à remuer ciel et terre pour se vêtir de manière responsable.

Image stéréotypée

La mode éthique souffre encore de cette image stéréotypée du style baba cool et informe. Une image que les nouvelles marques commencent à révolutionner. La mode éthique propose le plus souvent les basiques d’une garde-robe, ce dont on a rapidement fait le tour. Quelques pièces fortes viennent compléter la collection, mais les prix augmentent rapidement avec (manteau, veste…)

Aujourd’hui, les marques tendent à se diversifier pour proposer à la vente des vêtements qui conviennent à tous les styles et répondent aux attentes de tous. Une offre en plein essor, qui casse les préjugés du code vestimentaire éthique et éco-responsable véhiculés jusque là.

Freins des porteurs de projet

Pour ceux qui sont de l’autre côté du miroir, du côté de l’offre, porter un projet de mode éthique est aussi enthousiasmant qu’exténuant. C’est avoir à cœur des convictions et des ambitions fortes, et trouver coûte que coûte le moyen de faire émerger ce projet et d’y faire adhérer tant les consommateurs que les financeurs.

Frilosité des financeurs

C’est souvent sur ce dernier point que le bât blesse. Un porteur de projet, quel qu’il soit, se heurte très souvent à la frilosité des financeurs. Le marché de la mode éthique n’est pas encore un marché de masse et rencontre une adoption du concept progressive bien que prometteuse. Ce constat n’encourage pas les dispositifs de financement qui veulent être assurés de la viabilité d’un projet avant d’investir.

En parallèle, le public prend de plus en plus conscience des enjeux écologiques et se laisse séduire par les valeurs portées par un projet de mode éthique. Se crée une communauté fédérée autour du projet, et qui devient la première à y croire et s’y investir. Elle devient un soutien solide, plus qualitatif que quantitatif, et un véritable appui pour se lancer.

Force de la communauté

Cette relation forte entre les clients et la marque ouvre une porte dans cet horizon financier à priori difficile pour les porteurs de projet. Ce soutien fidèle uni autour des valeurs éthiques portées par le projet est un levier pour prendre de l’élan et trouver un financement par le crowdfunding ou financement participatif.

Ce système, reposant sur cette communauté, permet de lever les fonds nécessaires au lancement de projet et d’avoir une preuve de sa viabilité. Une preuve de viabilité et une validation du concept qui, une fois prouvées, sont un élément de poids dans la balance pour convaincre les financeurs de croire au projet sur des éléments concrets.

2019-12-20T17:00:12+00:00